LETTRE PASTORALE 13 MAI, DE MGR LAGLEIZE

Ndla: Chers Lecteurs, voici en partage, la lettre pastorale de notre évêque publié sur:

-:-:-:-

Chers frères et sœurs,

Depuis lundi nous sommes entrés dans une phase d’assouplissement du confinement et nous percevons que cette période s’annonce difficile à mettre en œuvre.

Il est important de souligner qu’en matière de santé publique, le gouvernement a prévenu que nous étions dans un temps d’essai et d’expérience et a cru bon, conformément aux avis scientifiques de renvoyer, à une date ultérieure, certaines ouvertures dont celle pour les cultes.

Ce faisant l’État agit dans son ordre en prenant des mesures qui ne sont pas attentatoires mais prudentielles. Il est important de rappeler que la liberté de religion n’est pas atteinte.  Nous pouvons continuer à prier – le Premier ministre a rappelé que les églises peuvent être ouvertes – nous pouvons échanger par les moyens de communication et y annoncer l’Évangile et surtout nous continuons à exercer une charité active. (…)

Vous êtes nombreux à avoir faim de l’eucharistie. Ce temps de pandémie nous permet d’approfondir notre foi (…)

Benoît XVI, dans l’Exhortation apostolique « Le sacrement de l’amour », insiste sur la forme eucharistique de la vie chrétienne, en reprenant les paroles de saint Paul : « Je vous exhorte mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir vos corps en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : c’est le culte spirituel que vous avez à rendre. » Rm 12,1. Ce culte nouveau c’est « l’offrande totale de la personne en communion avec toute l’Église. » n°70.(…)

Cette faim de l’eucharistie, que certains d’entre vous vivent comme une épreuve, doit nous permettre de découvrir ou de redécouvrir que l’eucharistie n’est pas une « affaire » personnelle. Il ne s’agit d’avoir « ma messe », « ma communion ».(…)

J’ai souvent médité durant ces dernières semaines sur les derniers jours de Blaise Pascal : gravement malade il ne peut plus recevoir la communion, alors il demande : « Puisqu’on ne veut pas m’accorder cette grâce, je voudrais y suppléer par quelque bonne œuvre, et ne pouvant communier dans le Chef, je voudrais bien communier dans les membres, et pour cela j’ai pensé avoir céans un pauvre malade à qui on rende les mêmes services qu’à moi. Car j’ai de la peine et de la confusion d’être si bien assisté, pendant qu’une infinité de pauvres, qui sont plus mal que moi, manquent des choses nécessaires… Cela diminuera la peine que j’ai de ne manquer de rien, et que je ne puis plus supporter, à moins que l’on ne me donne la consolation de savoir qu’il y a ici un pauvre aussi bien traité que moi ; qu’on aille, je vous en prie, en demander un à M le curé. »  (…)

Chers frères et sœurs, en ce mois de mai, que la présence maternelle de la Vierge Marie nous accompagne tous, afin que nous avancions ensemble dans la joie et la paix soutenus par la prière et la charité des uns et des autres.

à Metz le13 mai 2020, en la fête de Notre-Dame de Fatima.

+ Jean Christophe Lagleize, Évêque de Metz

-:-:-:-

Lire l’intégralité du texte en cliquant sur le logo ci-après:

Laisser un commentaire