Archives par mot-clé : Réponses catholiques

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Aujourd’hui nous vous proposons cette question que beaucoup d’entre nous ont dû se poser.

Réponses catholiques

-:-

« La foi catholique est-elle fondée sur l’Ecriture?« 

De nombreux chrétiens lisent la Bible et en particulier le Nouveau Testament et se rendent compte que bien des traditions et même des enseignements de L’Eglise n’ont pas de fondement scripturaire. On se doute aisément que la “cappa magna” de certains cardinaux est une mondanité héritée de la Renaissance et non une inspiration de l’Esprit. Mais qu’en est-il de certains sacrements ou de la hiérarchie ecclésiale ?

RC: « On peut toujours trouver des dévotions privées qui n’ont pas de fondement scripturaire, et encore ! Mais on ne peut pas dire cela de l’Enseignement de l’Eglise. Il en a toujours un, même si c’est indirect. Cf. notre article : Tradition et Ecriture — Réponses catholiques (reponses-catholiques.fr)

La Lettre à Diognète, datant de la fin du Ier siècle ou du début de IIe, explique que les chrétiens n’ont pas d’habit particulier et qu’ils sont habillés comme leurs concitoyens. L’Ecriture nous dit de ne pas faire scandale (Lc 17, 1) et, s’agissant plus spécifiquement de l’habillement, St Paul encourage à respecter les usages conformes aux bonnes mœurs de son temps. D’où ses recommandations en 1 Co 11 : une femme sans manteau (et non voile, cf notre article : Couverture des femmes à la messe — Réponses catholiques (reponses-catholiques.fr)) n’est pas habillée selon les bonnes mœurs de Corinthe au Ier siècle. Par conséquent, si les souverains de la Renaissance portaient de grandes capes, porter une cappa magna, c’était la façon de suivre St Paul pour les Papes… Et ce ne l’est plus aujourd’hui, puisque cela fait longtemps que les Papes ne la portent plus et qu’’elle a été supprimée pour les cardinaux.(…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur la Bible

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Aujourd’hui nous vous proposons cette question que beaucoup d’entre nous ont dû se poser.

Réponses catholiques

-:-

Pourquoi l’Eglise autorise-t-elle la dévotion à des reliques non authentifiées?

Saint Pierre

J’ai quelques questions concernant la vénération des reliques : 1) Tout d’abord, je ne doute pas de la véracité de la pratique, mais quelles sont les sources bibliques encourageant cette pratique ? 2) Pour certaines reliques, l’authenticité n’est pas toujours très fiable et parfois pas forcément attestée (les clous de la Sainte Croix, morceau de la Sainte Croix, la Couronne d’Épines…ou parfois certains ossements de saints et de saintes dont on ne sait pas vraiment si ces restes sont bien les leurs, comme les reliques des Rois Mages par exemple qui se trouvent d’ailleurs à plusieurs endroits, à Cologne notamment ou encore au Mont Athos ou d’autres un peu plus farfelues comme le Saint Prépuce, les Saintes Dents, le Saint Berceau ou encore la Ceinture de la Vierge), comment se fait-il donc que l’Église autorise ou laisse se faire, la vénération de reliques dont la véracité n’est pas sûre ? (1/2)

RC: « Venons-en à l’authenticité des reliques. Tout d’abord, comme dit au 1e volet de cette question, il est normal d’avoir des reliques de la même personne ou du même objet à plusieurs endroits, parce qu’elles étaient tout simplement partagées. A ce propos, signalons que, contrairement à un cliché tenace, non, tous les morceaux de la Vraie-Croix connus ne rempliraient pas une forêt entière. Ce sont le plus souvent de petites échardes et Famille chrétienne avait présenté un calcul réalisé par des chercheurs il y a quelques années. Il déterminait que les morceaux de la Vraie-Croix connus, y compris ceux qui ont été répertoriés à un moment de l’Histoire mais ont disparu depuis, ne représentent que 36% de la taille d’une croix de l’Antiquité. Les moqueries contre les reliques, qu’elles soient d’origine protestante ou anti-chrétiennes sont trop souvent adoptées par les catholiques alors qu’elles ne sont souvent pas plus fondées que la provenance qu’elles critiquent. (…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur la photo:

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Aujourd’hui nous vous proposons cette question que beaucoup d’entre nous ont dû se poser.

Réponses catholiques

-:-

Que faire pour accompagner un mourant ne pouvant se confesser?

Les prêtres se font rares en zone rurale et il devient parfois difficile d’en trouver un pour administrer les derniers sacrements. Une personne assistant un mourant a reçu de sa part l’aveu d’une faute grave. La personne récite avec l’agonisant le Notre Père en disant deux fois la phrase : “Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés”. Du point de vue de l’Eglise, il n’y a pas là un sacrement du pardon. Mais du point de vue de Dieu ?

RC: « Faute de pouvoir recevoir les sacrements, quels qu’ils soient, l’Eglise nous enseigne que le sacrement du désir est un premier pas spirituel pour bénéficier de la grâce d’un sacrement. Par exemple, lorsqu’une personne décède avant d’être baptisée, que ce soit un catéchumène ou un petit enfant que les parents avaient l’intention de faire baptiser prochainement, le défunt est considéré comme chrétien et a des funérailles chrétiennes. On a aussi beaucoup parlé de la communion du désir pour les personnes ne pouvant pas communier, y compris pendant les confinements où les cultes sont interdits. Idem pour le sacrement de Réconciliation : le Pape François avait, en particulier, proposé aux fidèles de faire un examen de conscience et de réciter leur Acte de contrition avant Pâques 2020, alors que les messes étaient interdites un peu partout dans le monde. (…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur la photo: 

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Aujourd’hui nous vous proposons cette longue question partagée par le site

Réponses catholiques

-:-

Peine de mort

« Sur l’article https://www.reponses-catholiques.fr/pourquoi-les-catholiques-defendent-le-pape/ Je pense également que certaines positions du Pape sont nouvelles par rapport à ce qu’a enseigné le Magistère avant lui, justement sur les deux exemples que vous avez repris. 

  • Premier point : la peine de mort.(…)
  • Deuxième point : la communion des divorcés-remariés. (…)

Je suis désolé pour la longueur des questions. Merci encore pour la pédagogie dont vous faîtes preuve, c’est bien appréciable.

Lire la totalité des questions et leurs réponses en cliquant sur le logo ci-dessous:

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Pour débuter cette journée, nous vous proposons cette question partagée par le site

Réponses catholiques

-:-

Refuser de communier à la main et regarder une messe en visio?

« Depuis le début des restrictions, mon vicaire donne la communion dans la main – ce que je refuse- mais il accepte de la donner après la messe à la sacristie sur la langue. Depuis le 1ér mars, son curé a interdit cette pratique (sur la langue) donc ne pouvant communier, je regarde la messe sur internet dans une église qui la donne sur la langue. Mon épouse me désapprouve… Merci pour votre conseil. »

RC: Chaque prêtre se débrouille comme il peut avec sa pastorale et nous n’avons pas à juger des actes du vicaire qui donnait la communion à la sacristie, ni du curé qui l’a interdit. Mais nous sommes bien d’accord avec l’épouse de l’auteur de la question, car nous avons déjà répondu à une situation quasi-identique : Refuser la communion réelle pour la virtuelle — Réponses catholiques (reponses-catholiques.fr)

Comme expliqué dans cet article, la communion est un acte physique, on mange. C’est aussi un acte communautaire, c’est le sens même du mot « communion ». Donc regarder la messe à la télévision ou en ligne quand on pourrait y aller n’est pas acceptable. Cela va directement à l’encontre des commandements de l’Eglise. Mais communier en lose-D à la sacristie alors que l’Eucharistie, comme tous les sacrements, est un acte public et qu’on peut le faire en toute sécurité, n’était pas beaucoup mieux. N’est-ce d’ailleurs pas un manque de charité vis-à-vis des frères chrétiens de cette paroisse que de ne pas participer pleinement à l’Eucharistie avec eux? (…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur la photo:

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Pour débuter la semaine sainte, nous vous proposons cette question partagée par

Réponses catholiques

-:-

Un péché confessé disparait-il ?

RC: « J’ai entendu dire qu’une fois qu’un péché était pardonné notamment par le sacrement de la réconciliation le démon ne pouvait plus nous importuner avec la faiblesse en question car Dieu l’avait effacé par son pardon. Cependant je ne sais plus quelle est la source de cette affirmation, si c’est bien le cas pourquoi l’ennemi réussit-il à nous faire rechuter parfois dans ces même péchés?

Nous ne connaissons pas la source non plus et nous ne la chercherons pas car elle est inexacte. Ce qui est vrai, c’est que la faute est pardonnée et qu’on peut très bien ne plus jamais rechuter, si on ne cède pas à la tentation suivante. Mais le pénitent qui est retenté pour le même péché plus tard et qui cède à la tentation y retombe.(…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur l’image:

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Pour débuter cette nouvelle semaine, nous vous proposons cette question .

Réponses catholiques

-:-

Les fantasmes sont-ils bons pour la vie intérieure ou spirituelle?

RC: « Clairement, non. Les fantasmes sont un produit du psychisme de la personne. Ils peuvent être involontaires, générés par le subconscient, par exemple dans les rêves. Il n’y a pas grand-chose à faire avec en dehors du travail psychanalytique car la vie spirituelle porte sur le réel. Mais certains fantasmes sont bien conscients, et même entretenus par des lectures, des vidéos, des conversations, des rencontres etc. (…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur l’image:

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Pour débuter cette nouvelle semaine, nous vous proposons cette intéressante question .

Réponses catholiques

-:-

Des personnes à qui l’on porte la communion se désolent de ne plus pouvoir aller à la messe. Peut-on leur dire que “toute la messe”, c’est à dire notamment le sacrifice eucharistique offert par le prêtre, est contenu dans l’hostie consacrée ?

RC: « Non, on ne peut pas dire ça, pas plus qu’une ADAP (assemblée dominicale en absence de prêtre) où l’on communie n’est une messe, ou que l’Office de la Croix du Vendredi St, même si l’on communie, n’en est une. Justement, ce qui marque cet office, c’est que ce n’est pas une messe, puisque la consécration eucharistique n’a pas lieu, afin de marquer le temps liturgique avec une grande force : le Christ est mort à ce moment-là, donc on ne peut célébrer le Saint sacrifice qui a déjà eu lieu en ce jour.

Ce serait mentir que de prétendre que recevoir la communion chez soi équivaut à participer à l’Eucharistie. Autrement, il n’y aurait plus de raison de se déplacer, même pour les personnes valides.(…)

Lire la suite de la réponse en cliquant sur la photo:

REPONSES A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Pour débuter cette nouvelle semaine, nous vous proposons cette intéressante question sur le repos dominical.

Réponses catholiques

-:-

« Le Christ enseigne qu’il faut pardonner à ceux qui nous ont offensés .Et si l’offensant ne demande rien ? Peut-on le pardonner à son insu ou à son corps défendant, par exemple parce qu’ il estime n’ avoir commis aucune faute à notre égard. »

RC: « Mais c’est le cas le plus fréquent ! Il n’est pas si courant que l’offenseur reconnaisse ses torts et qu’il demande le moindre pardon. Il est même souvent persuadé d’avoir bien agi, ou d’avoir de bonnes raisons, car les personnes totalement dénuées de sens moral sont rares. Même les mafieux ou les terroristes ont un code de l’honneur et commettent les pires crimes en pensant se conformer à des valeurs (le clan, la cause, la vengeance d’une injustice etc). Certains vont même se sentir insultés si l’offensé les informe qu’il leur pardonne. (…) 

Cliquer sur la photo pour lire la suite de la réponse:

 

REPONSE A VOS QUESTIONS

Ndla: Bonjour à Tous. Pour débuter cette nouvelle semaine, nous vous proposons cette intéressante question sur le repos dominical.

Réponses catholiques

-:-

« Dans un précédent article sur la messe anticipée vous avez énoncé que le dimanche, du point de vue liturgique, commençait le samedi soir. En prenant en compte cet élément je me demande si l’obligation de repos commence le dimanche au sens du calendrier moderne ou si celle-ci commence dès le samedi soir. »

RC: « La question tombe en fait d’elle-même car, la plupart des personnes ne travaillent pas le soir. Le repos commence de facto dès le samedi soir.

Pour ceux qui travaillent en soirée ou de nuit, ils doivent bien assurer leur service commencé le samedi. Mais leur repos, au sens liturgique, sera la soirée et la nuit du dimanche au lundi. A l’inverse, ceux qui sont de nuit mais ont eu leur nuit du samedi libre, peuvent éventuellement travailler dans la nuit du dimanche au lundi.

A noter que la tradition spirituelle inspirée de la vie monastique fait commencer après complies (le dernier office de la journée après le dîner) le grand silence, qui dure jusqu’aux laudes. C’est donc un temps de repos et de calme total. Mais les moines ne travaillent pas de nuit comme un barman ou un conducteur de métro ! »