Archives par mot-clé : Solennité de l’Ascension

L’ASCENSION DU CHRIST, UN ÉVÉNEMENT QUI CHANGE LA VIE

ZENIT – Francais

Lectures de la messe de l’Ascension

Mgr Francesco Follo, 17 déc. 2018 © Mgr Francesco Follo
Pape François et Mgr Francesco Follo, 17 Déc. 2018 © Mgr Francesco Follo

« Avec l’invitation à célébrer dans la joie le fait que avec l’Ascension le Christ a apporté l’humanité dans le cœur de Dieu », Mgr Francesco Follo propose cette lecture des textes bibliques pour la liturgie de l’Ascension, fêtée ce jeudi 21 mai 2020, et parfois reportée à dimanche, 24 mai, pour des raisons pastorales: le Jeudi de l’Ascension n’est pas férié dans beaucoup de pays.

L’Observateur permanent du Saint-Siège à l’UNESCO à Paris fait notamment observer que « l’Ascension n’est pas un abandon », et il invite les baptisés à être des « témoins de la joie », selon la recommandation de sainte Mère Teresa de Calcutta. 

Lire l’intégralité du texte en cliquant sur la photo:

L’ASCENSION DE JESUS AU CIEL

Ndla: Bonjour à Tous, En ce jour de solennité, nous vous proposons cette méditation de Saint François d’Aquin, sur « l’événement » du jour.

-:-:-:-

L’Ascension du Christ au ciel

 L’Ascension du Christ fut conforme à la raison (…) pour trois motifs :

  • Premièrement, le ciel lui était dû à cause de sa nature. Car il est conforme à la nature que chaque être retourne là d’où il tire son origine. Or le Christ tire son origine de Dieu, qui est au-dessus de tout. Jésus dit en effet à ses Apôtres (Jn 16, 28) : « Je suis sorti du Père et je suis venu au monde : maintenant je quitte le monde et je vais au Père. » (…) Les saints aussi montent au ciel, cependant ils n’y montent pas de la même manière que le Christ ; le Christ en effet s’est élevé aux cieux de sa propre puissance, mais les saints s’y élèvent comme entraînés par le Christ. Aussi lui disons-nous avec l’épouse du Cantique (1, 3) : « Seigneur, entraîne-nous à ta suite. » On peut dire également que personne ne monte au ciel si ce n’est le Christ. Le Christ en effet est la Tête de l’Église, et les saints ne montent au ciel que parce qu’ils sont ses membres.
  • Deuxièmement, le ciel était dû au Christ Jésus en raison de sa victoire. Le Christ en effet fut envoyé dans le monde pour lutter contre le diable, et il sortit victorieux du combat : « Moi, j’ai été vainqueur, dit Jésus (Ap 3,21), et je suis allé siéger avec mon Père sur le trône. »
  • Enfin, le Christ méritait d’être au ciel à cause de son humilité. En effet, aucune humilité n’est aussi grande que celle du Christ, car alors qu’il était Dieu, il voulut devenir homme ; alors qu’il était Seigneur, il voulut prendre la condition de l’esclave, se rendant obéissant jusqu’à la mort (cf. Ph 2,7) et il descendit jusqu’en enfer : aussi mérita-t-il d’être exalté jusqu’au ciel, au trône de Dieu. L’humilité en effet est la voie qui conduit à l’exaltation. « Celui qui s’abaisse, dit le Seigneur, (Lc 14, 11) sera élevé, et saint Paul écrit aux Éphésiens (4, 10) : « Celui qui est descendu, c’est le même qui est aussi monté par-delà tous les cieux

(Publié pour vous par l’Évangile au quotidien)

Nous vous invitons aussi à visiter notre « site frère » parallèle, où vous trouverez des informations complémentaires: http://stpierredes2nied.free.fr/