Archives par mot-clé : Narbéfontaine

NARBEFONTAINE: FÊTE DE LA GROTTE

Chers Amis, dimanche 16 juillet comme chaque année, la paroisse de Narbéfontaine fêtait la Vierge Marie ainsi que sa grotte, reproduction de celle de Massabielle.

La journée débuta par l’office dominical, célébré devant la grotte, à l’issue duquel les servants d’autel vendirent les bougies qu’ils avaient confectionné en prévision de cette journée.

En soirée, la journée se poursuivit par l’office marial, toujours devant la grotte, suivi par la procession dans le village et la bénédiction du Très Saint Sacrement.

NARBEFONTAINE: DES BOUGIES POUR LA FÊTE DE LA GROTTE

Ndla: Chers Amis, nous avons le plaisir de partager cette information des servants d’autel de Narbefontaine.

-:-

« Les servants d’autel de l’église de Narbefontaine, vendront des bougies faites mains à la demande lors de la Fête de la grotte du 16/07/2023.
Les bénéfices seront au profit de l’église de notre village.
Tarifs: 3€ les petites et 5€ les grandes.
Vous pouvez commander si vous le souhaitez par message privé sur Facebook  (https://www.facebook.com/search/top?q=marie%20chan%20mixayarath) ou en contactant directement un servant, elles vous seront remises lors de la fête.
D’autres seront en ventes sur place. »
Les servants d’autel……
-:-
Nota: Essayez de vous procurer les bougies avant la messe car elles seront bénies pendant la célébration.

SAINT GEORGES

Ndla: Chers Amis bonjour! Aujourd’hui un des clochers de notre Archiprêtré est à l’honneur. En effet, le calendrier liturgique fête aujourd’hui, Saint Georges. Quelques uns parmi nous savent qu’il est le saint patron de la Cavalerie, mais que connaissons nous d’autre sur lui? Voici ce qu’écrit le site Nominis.

-:-

Saint Georges – martyr (✝ 303)

« Au IVe siècle, tous les sujets de l’empereur Dioclétien sont instamment invités à offrir des sacrifices aux dieux de l’empire. Cet ordre est tout spécialement appliqué aux militaires, car il est le signe de leur fidélité aux ordres impériaux.
A Lydda, en Palestine, un officier, originaire de Cappadoce, refuse. Il est exécuté pour refus d’obéissance. La popularité de son culte sera telle que la piété populaire ne pourra se contenter des maigres données de l’histoire. (…) »

Lire la suite de la biographie complète en cliquant sur l’image:

  • Eglise Saint Georges de Narbéfontaine (sources Wikipedia et RL)

Wikipedia: « L’histoire de Narbéfontaine est liée depuis toujours à l’ancienne voie romaine qui conduisait de Metz à Mayence et qui, encore aujourd’hui, délimite le ban communal au nord. C’est encore à cause de cette voie que fut fondé un hôpital pour voyageurs probablement à proximité d’un poste de surveillance, On a trouvé sur le ban de Narbéfontaine beaucoup de poteries et de monnaies de cette période et les traces d’un cimetière mérovingien. Les premiers seigneurs connus étaient les sires de Varsberg mais dès 1222, les chevaliers teutoniques de Metz (c’est leur hôpital qui donna son nom à la porte des Allemands de Metz) prirent possession de la commune et en 1285, on sait qu’ils y dirigeaient un hôpital. Le village sera rattaché à partir de 1553 à la commanderie de Beckingen en Sarre et le resta jusqu’à la Révolution ».

RL: « Sur le plan du village de l’année 1754, on distingue une petite chapelle surmontée d’un petit clocher : c’était la chapelle de l’établissement hospitalier de l’ordre des chevaliers teutoniques. En 1839 (date que l’on trouve au-dessus de la porte d’entrée), l’église est agrandie et le clocher rénové « 

SAINT GEORGES

Eglise St Georges – Narbéfontaine

Ndla: Bonjour à Tous, aujourd’hui l’église de Narbéfontaine fête son saint patron, Saint Georges. D’aucuns parmi nous savent qu’il a été choisi comme Saint Patron de la Cavalerie, mais que savons nous de lui ? Voici ce qu’écrit le site NOMINIS à son sujet.

Saint Georges de Lydda

« Au IVe siècle, tous les sujets de l’empereur Dioclétien sont instamment invités à offrir des sacrifices aux dieux de l’empire. Cet ordre est tout spécialement appliqué aux militaires, car il est le signe de leur fidélité aux ordres impériaux.
A Lydda, en Palestine, un officier, originaire de Cappadoce, refuse. Il est exécuté pour refus d’obéissance. La popularité de son culte sera telle que la piété populaire ne pourra se contenter des maigres données de l’histoire. 
On le fait couper en morceaux, jeter dans un puits, avaler du plomb fondu, brûler dans un taureau de bronze chauffé à blanc, donner en nourriture à des oiseaux de proie. Chaque fois, saint Georges ressuscite et en profite pour multiplier les miracles.
A ces fioritures morbides, s’ajoute au XIe siècle, la légende de la lutte victorieuse de saint Georges contre un dragon malveillant qui symbolise le démon. Ce dont on est sûr, c’est qu’au IVe siècle, l’empereur Constantin lui fait édifier une église à Constantinople. Cent ans après, on en compte une quarantaine en Égypte. On les voit s’élever en Gaule, à Ravenne, en Germanie.(…)

Lire la suite de la biographie en cliquant sur l’icone de St Georges.